Les valeurs des Québécois en baisse et un mouvement de défiance prend forme entre les deux vagues

L’Institut de la confiance dans les organisations (ICO) publie pour un second trimestre consécutif l’Indice de la confiance sociétale (ICS) du Québec en se basant sur l’opinion de 1000 Québécois (sondage effectué par BIP Recherche entre le 25 août et 2 septembre). L’Indice a pour but d’offrir une mesure neutre de la confiance des citoyens du Québec.

Principales observations de l’Observatoire ICS

  1. Baisse généralisée du niveau de confiance :
    – Le climat de confiance au cours des trois derniers mois s’est détérioré de façon notable passant d’un niveau de 60,0 en juin à 54,0 en septembre. Ce sont 43% des Québécois qui sont d’avis que celui-ci s’est détérioré, 22% qu’il s’est amélioré et 32% qu’il est demeuré inchangé.
    – Les Québécois font moins confiance aux autres à un niveau de 64,0 versus 68,0 en juin (-4).
    – Plus la crise se prolonge, plus celle-ci a un impact sur la confiance : davantage d’anxiété, d’inquiétude et d’essoufflement.

  2. Chute de la confiance envers les gouvernements :
    – Le niveau de confiance envers les gouvernements a significativement baissé : provincial (66,0 vs 70,0 en juin); municipal (62,0 vs 66,0 en juin); fédéral (56,0 vs 60,0 en juin).
    – Niveau de satisfaction de la gestion de la crise par les gouvernements a diminué : gouvernement provincial à 68,0 (-6); gouvernement fédéral à 62,0 (-2); gouvernement municipal à 64,0 (0); gouvernement des États-Unis à 34,0 (0).

  3. We Charity et le manque d’éthique :
    – Les Québécois jugent sévèrement l’éthique des personnes impliquées dans l’affaire We Charity.
    – Ce sont les cofondateurs de We Charity qui obtiennent le niveau éthique le plus bas avec 30%, suivi par l’ex-ministre des Finances Bill Morneau (31%), le premier ministre Justin Trudeau (37%), les fonctionnaires du gouvernement (37%) et les journalistes (44%).

  4. Dégringolade de nos valeurs collectives :
    – La crise de la COVID19 est en train de changer les habitudes et la vie des Québécois.
    – Selon les Québécois, la crise a eu des impacts majeurs sur plusieurs plans : solidarité 64,0 (-8), entre-aide 66,0 (-8), respect des lois 56,0 (-8), l’environnement 58,0 (-8) et la politique 54,0 (-10). La seule amélioration est pour l’économie (+2) mais celle-ci demeure sérieusement impactée avec un niveau de 40,0.

  5. Inquiétude envers l’avenir et la jeunesse :
    – 53% des Québécois sont d’avis que les conditions économiques se sont détériorées au cours des trois derniers mois, 25% qu’elles se sont améliorées et 22% qu’elles sont inchangées.
    – Le niveau d’inquiétude envers les différentes générations a augmenté de manière significative pour les générations de 10-19 ans à 56,0 (+6) et 20-29 ans à 60,0 (+6). Il a légèrement diminué pour les plus de 80 ans à 78,0 (-6%) et pour les 60-79 ans à 72,0 (-4%).

  6. Un mouvement de défiance prend forme :
    – Les Québécois sont moins disciplinés et respectent moins les règles qu’en juin.  Le niveau de respect des lois par les répondants a légèrement diminué à 82,0 (-2%).
    – Une large majorité des Québécois sont en faveur des mesures imposées par le gouvernement et prêts à les suivre.  Ils sont encore largement en faveur des mesures de protection: distanciation (78% en accord et 14% en désaccord); port du masque dans les lieux publics (75% en accord et 17% en désaccord); dénonciation obligatoire auprès du gouvernement (64% en accord et 19% en désaccord); interdiction de rassemblement (61% en accord et 25% en désaccord); etc.
    – Une minorité bruyante fait partie d’un mouvement de défiance, laquelle remet en question la science et les règles. Il sera intéressant de suivre l’évolution du mouvement de défiance au cours des prochains trimestres.

  7. Impacts contrôlés de la COVID19 sur la vie personnelle :
    – Le niveau de vie s’est légèrement amélioré au cours des trois derniers mois à 60,00 (+2).
    – Le niveau de crainte de perdre son emploi est demeuré le même et est assez faible puisque seulement 8% des Québécois avaient une crainte élevée ou très élevée de perdre leur emploi au cours des prochaines semaines ou mois.
    – 50% des Québécois considèrent que la crise a eu un effet négatif sur leur vie personnelle au cours des trois derniers mois alors qu’ils étaient 57% en juin 2020.
    – La confiance envers les proches demeure très élevée (niveau de confiance de 92,0 envers le conjoint et les enfants).


Membres de l’Observatoire
Parmi les membres de l’Observatoire de l’Indice de la confiance sociétale, on retrouve notamment : Colette Roy-LarocheJohn Parisella, Danièle Henkel, Ghislain Picard, Julie Miville-Dechêne, Me Denis Gallant, René Villemure, Dre Sylvie St-Onge, Rémi Quirion, Jocelyne CazinChristian TrudeauDre Patricia Conrod, Hervé Serieyx, Dre Emilie Deschênes, Pierre Véronneau, Lucie Leclerc, René Jolicoeur, Me Emmanuelle Demers, Dr André-Yves Portnoff et Me Donald Riendeau.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Courriel

Demande d'informations

* champs requis