Notre équipe

Notre équipe

Me DONALD RIENDEAU - Directeur général, administrateur et secrétaire

Donald Riendeau

Au cours des huit années ayant précédé la création de l’Institut, Me Riendeau a agi en tant qu’avocat et spécialiste dans les domaines de l’éthique et de la gouvernance. Il a accompagné présidents, directeurs généraux et conseils d’administration dans l’élaboration et la mise en place de stratégies de gouvernance et des cadres de gestion en matière d’éthique. Il a également occupé le poste de conseiller à l’éthique auprès de plusieurs organisations privées et publiques, dont la Commission de la Construction du Québec. Plus de 8 000 participants ont assisté à ses formations (Barreau du Québec, l’Ordre des CPA, l’Ordre des pharmaciens, l’Ordre des ingénieurs, la COMAQ, la FQM, l’AQESSS, l’IGOPP, etc.)

Avant de se spécialiser dans les domaines de l’éthique, de la gouvernance et de la confiance, Me Donald Riendeau a agi en tant qu’avocat en droit corporatif au sein du cabinet Leduc Lambert puis en tant que stratège, assistant la direction de grandes organisations canadiennes (Telus, BCE et Quebecor).

Pourquoi la confiance? Ma grand-mère maternelle, Claire Létourneau Cosgrove, m’avait attribué le sobriquet de « Petit Robin des Villes ». Elle avait perçu que mon objectif n’était pas de me transformer en voleur des riches pour le compte des pauvres, mais plutôt de devenir une personne sensible aux dérives de notre société et surtout de toujours essayer de l’améliorer. Le premier palier vers cet objectif fut le droit puis la stratégie d’entreprise. L’éthique et la gouvernance sont devenues mes passions au cours des dix dernières années. J’ai réalisé que l’éthique et la gouvernance étaient des outils à quelque chose d’encore plus puissant, un objectif tant personnel qu’organisationnel, celui de la confiance. La confiance est beaucoup plus qu’un mot : elle fait partie de notre vie au jour le jour et est au cœur de nos relations humaines. Étrangement, très peu de gens et d’organisations se sont donné comme objectif d’investir en celle-ci. Pourtant des sommes faramineuses sont englouties afin de plaire, de se faire aimer et de se vendre. La société québécoise est prête pour la confiance, chacun d’entre nous le souhaite. Moi le premier. La confiance est le ciment invisible qui rapproche les individus et permet à chacun d’évoluer…

Geneviève Florant - Assistante exécutive et responsable des communications

Geneviève Florant

Diplômée en communication en 2010 de l’Université de Montréal, Geneviève Florant a poursuivi ses études en relations publiques à l’Université McGill. Elle a effectué deux stages : l’un en relations médias et le second en organisation d’événements. Intéressée par l’événementiel, Mme Florant s’est jointe à l’équipe de l’Institut de la confiance dans les organisations à l’automne 2014.

Pourquoi la confiance? Trouver un emploi qui irait de pair avec mes valeurs et mon éthique personnelle était très important. À travers mon parcours universitaire et mes précédents emplois, j’ai pu réaliser à quel point l’atmosphère et les relations de travail dépendent du climat de confiance établi. L’Institut s’est mandaté d’un beau défi où l’objectif de nos actions est de créer ou rétablir une « confiance construite » et c’est avec plaisir que j’apporterai ma contribution.

Stéphanie Chartrand - Consultante
 
Élodie Petit - Consultante
 
ÉMILIE DESCHÊNES - Consultante

Spécialiste de la confiance organisationnelle, Mme Émilie Deschênes a publié son mémoire de MBA portant sur les relations de confiance dans les organisations. Elle travaille présentement sur son PhD en administration des organisations et en gestion du personnel. Gardant toujours un pied sur le terrain, elle agit comme formatrice et gestionnaire dans différents types d’organisation (commissions scolaires, centres hospitaliers, banques) et ce, à travers le monde, puisque Mme Deschênes a travaillé en Europe, en Asie, aux États-Unis et en Amérique du Sud.

Son expérience en développement organisationnel consiste entre autres à l’étude des organisations afin d’en comprendre les divers mécanismes et de déceler les manques à combler. À travers ces expériences, elle a pu constater une association d’une part entre la confiance des différents membres de l’organisation et l’efficacité, puis d’autre part, entre la confiance des membres et sa performance dans l’organisation.

Rendre les organisations plus performantes en insistant sur les relations entre les employés et en travaillant à partir des forces de celles-ci m’intéresse grandement. Passionnée, Émilie Deschênes croit en la capacité de tous de participer efficacement à la croissance de l’organisation dans un environnement de travail sain, où la confiance règne.

Pourquoi la confiance? La confiance est la base sur laquelle tout se construit. C’est grâce à la confiance que nous bâtissons les relations personnelles et professionnelles avec les gens qui nous entourent. Elle est présente partout, à tous les niveaux de l’organisation. Elle mène à l’engagement, à l’investissement, à la mobilisation collective et ainsi, éventuellement, à une meilleure qualité de vie au travail. C’est aussi grâce à la confiance mutuelle qu’il est possible de créer un environnement de travail sain où les gens travaillent ensemble, en équipe, vers la réalisation conjointe des objectifs organisationnels, à travers des valeurs communes.