Conseil d’administration

Gouvernance

L’Institut de la confiance dans les organisations (ICO) a été fondé par huit fondateurs qui avaient pour vision de contribuer au Québec de demain afin d’en faire une société de confiance. Nous avons par la suite voulu mettre sur pied un conseil d’administration pour guider et matérialiser cette vision. Ce conseil d’administration qui compte huit administrateurs est présidé par monsieur Richard Legault. Monsieur Denis Coulombe en est le vice-président et Me Donald Riendeau est le secrétaire général. Le conseil d’administration a confié à Me Donald Riendeau Jr la gestion et le développement de notre organisation. Au cours de la prochaine année, notre conseil d’administration sera très présent et actif pour lancer ce mouvement québécois de la confiance.

Fondateurs

La confiance dans l’organisation est l’art d’augmenter l’envie de chacun de s’engager.

  • Donald Riendeau Jr
  • Richard Legault
  • Bernard Plante
  • Jean-Claude Deschênes
  • Donald Riendeau Sr
  • Michel Nadeau
  • Denis G. Coulombe
  • Sylvie St-Onge
  • Jocelyne Cazin

Conseil d’administration

ME DONALD RIENDEAU - DIRECTEUR GÉNÉRAL, ADMINISTRATEUR ET SECRÉTAIRE

Donald Riendeau

Au cours des huit années ayant précédé la création de l’Institut, Me Riendeau a agi en tant qu’avocat et spécialiste dans les domaines de l’éthique et de la gouvernance. Il a accompagné présidents, directeurs généraux et conseils d’administration dans l’élaboration et la mise en place de stratégies de gouvernance et des cadres de gestion en matière d’éthique. Il a également occupé le poste de conseiller à l’éthique auprès de plusieurs organisations privées et publiques, dont la Commission de la Construction du Québec. Plus de 8 000 participants ont assisté à ses formations (Barreau du Québec, l’Ordre des CPA, l’Ordre des pharmaciens, l’Ordre des ingénieurs, la COMAQ, la FQM, l’AQESSS, l’IGOPP, etc.)

Avant de se spécialiser dans les domaines de l’éthique, de la gouvernance et de la confiance, Me Donald Riendeau a agi en tant qu’avocat en droit corporatif au sein du cabinet Leduc Lambert puis en tant que stratège, assistant la direction de grandes organisations canadiennes (Telus, BCE et Quebecor).

Pourquoi la confiance? Ma grand-mère maternelle, Claire Létourneau Cosgrove, m’avait attribué le sobriquet de « Petit Robin des Villes ». Elle avait perçu que mon objectif n’était pas de me transformer en voleur des riches pour le compte des pauvres, mais plutôt de devenir une personne sensible aux dérives de notre société et surtout de toujours essayer de l’améliorer. Le premier palier vers cet objectif fut le droit puis la stratégie d’entreprise. L’éthique et la gouvernance sont devenues mes passions au cours des dix dernières années. J’ai réalisé que l’éthique et la gouvernance étaient des outils à quelque chose d’encore plus puissant, un objectif tant personnel qu’organisationnel, celui de la confiance. La confiance est beaucoup plus qu’un mot : elle fait partie de notre vie au jour le jour et est au cœur de nos relations humaines. Étrangement, très peu de gens et d’organisations se sont donné comme objectif d’investir en celle-ci. Pourtant des sommes faramineuses sont englouties afin de plaire, de se faire aimer et de se vendre. La société québécoise est prête pour la confiance, chacun d’entre nous le souhaite. Moi le premier. La confiance est le ciment invisible qui rapproche les individus et permet à chacun d’évoluer…

RICHARD LEGAULT - PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Richard Legault

Cadre et professionnel bilingue avec une solide expérience de plus de 35 ans en négociation, gestion, développement d’affaires et de plans de mise en marché au niveau local et international pour des réseaux de partenaires à valeur ajoutée, M. Richard Legault a acquis une vaste expérience au sein d’importantes entreprises de fabrication de haute technologie (directeur des finances, directeur des ventes et directeur des partenariats). Son approche-client se veut novatrice et créatrice. Autonome et dynamique, son leadership lui a toujours permis de pouvoir motiver et guider une équipe de professionnels pour l’atteinte d’objectifs corporatifs élevés.

M. Legault a cumulé plus de trente-cinq années d’expérience en tant qu’administrateur bénévole bilingue au sein du mouvement Desjardins. Facilitateur, coordonnateur, mobilisateur et ambassadeur, son sens du leadership lui a toujours permis de présider un conseil d’administration pour une gouvernance performante et moderne et ce, afin de réaliser la mission de la Caisse, tout en assurant sa pérennité et son sain développement au bénéfice de l’ensemble de ses membres.

Présentement président du conseil d’administration du CSSS de l’Ouest de l’Île offrant des services de santé à une population de plus de 220,000 habitants avec un hôpital, deux CLSC et un Centre de Longue Durée pour personnes en perte d’autonomie. Le CSSS compte plus de 2300 employés et 300 médecins.

Pourquoi la confiance? Depuis plusieurs années, nous avons perdu confiance dans nos institutions en général et la méfiance s’est installée partout, notamment à l’égard de nos élus, patrons et administrateurs. Nous avons toujours l’impression de nous faire « avoir » que ce soit pour le prix de la gazoline, les taxes, les impôts, nos voisins qui abusent du système, et ainsi de suite. Lorsque Me Riendeau m’a approché pour fonder l’Institut de la confiance j’ai accepté immédiatement, car je crois que cette organisation nous donnera les outils pour rebâtir la confiance dans notre société. La rebâtir ensemble.

JEAN-CLAUDE DESCHÊNES - ADMINISTRATEUR

Jean-Claude Deschênes

Actuellement, M. Jean-Claude Deschênes agi en tant que conseiller en gouvernance pour divers conseils d’administration. À ce titre, il est intervenu dans des activités de formation, d’évaluation et de conseil auprès de plus d’une cinquantaine d’organisations, notamment des établissements de santé, des sociétés d’État et divers organismes professionnels ou bénévoles. Dans le passé, M. Deschênes a siégé au CA de la Régie de l’Assurance- Maladie du Québec (1970-1978), au CA de la Régie des Rentes du Québec (2001-2008) et plusieurs années au CA des Agences Régionales de santé et de services sociaux de Montréal et de Québec ainsi que de divers autres organismes. De 2003 à 2007, il a présidé le CA du Centre Hospitalier Universitaire de Québec (CHUQ). Cet établissement s’est vu reconnaitre en 2007 le titre de « pratiques exemplaire », titre accordé très rarement par le Conseil Canadien d’Agrément des Établissements de Santé. Il est l’auteur d’un document commandé par le Conseil exécutif du Gouvernement du Québec et publié par le Collège des Administrateurs de Sociétés et l’Université Laval, intitulé : « La présidence du conseil d’administration d’une société d’État ».

Après ses études universitaires en sciences économiques et politiques puis en administration, sa carrière s’est déroulée en trois grandes phases. Durant ses vingt premières années, M. Deschênes a occupé divers postes de direction dans quelques hôpitaux de Montréal, dont l’Hôpital Saint-Luc où il a été directeur général durant plusieurs années. Sa carrière s’est ensuite poursuivie au Gouvernement du Québec où j’ai assumé des postes de sous-ministre en titre durant 14 années. Ensuite, à partir de 1990, Jean-Claude Deschênes a agi à titre de formateur et de conseiller en administration, notamment pour l’ÉNAP, l’Institut pour la gouvernance (IGOPP) et l’Association québécoise des Établissements de Santé et de Services sociaux (AQESSS).

Pourquoi la confiance? J’ai souvent observé au cours de ma carrière d’administrateur que le succès d’une organisation est le corollaire de la confiance que s’accordent les personnes au sein de cette organisation. J’ai aussi noté que ce climat de confiance reposait, au-delà des rôles et personnalités fort différenciés, sur l’authenticité, l’intégrité, l’ouverture et la fiabilité. L’opacité de l’information, l’autoritarisme et/ou l’invisibilité des dirigeants sont toujours source de frustrations plus ou moins retenues et figurent parmi les pires obstacles à la confiance. Or le succès d’une organisation, de quelque nature qu’elle soit, publique ou privée, professionnelle ou coopérative, passe par une correspondance entre les valeurs et les attentes de ses membres. Ces attentes, satisfaites, sont la source de la mobilisation et de la coopération et l’inverse cause apathie, scepticisme et opposition. Mais la confiance ne tombe pas du ciel. Elle se bâtit, elle se mérite et elle s’entretient. Par l’authenticité, la qualité de l’écoute et le partage. Elle est comme l’huile dans un moteur. Enlevez l’huile d’un moteur, aussi puissant soit-il, et vous verrez alors que rien ne bougera et que le moteur lui-même brûlera. Cette image illustre la place essentielle de la confiance pour toute organisation, y compris notre société.

DONALD A. RIENDEAU SR - ADMINISTRATEUR

Donald A. Riendeau Sr

Après ses études classiques au Collège Grasset et son obtention d’un baccalauréat ès art B.A.), M. Donald Riendeau Sr s’est inscrit à la faculté de droit de l’Université de Montréal où il a obtenu sa License (L.L.L.) en 1964. Ses études furent couronnées de succès obtenant la mention Grande Distinction et on lui décerna la Médaille du Gouverneur-Général du Canada. Il a été reçu au Barreau du Québec en 1965 et a été diplômé d’études supérieures en droit privé (D.E.S. de l’Université de Montréal) en 1966.

M. Riendeau Sr a été employé à titre de stagiaire en 1964 dans le cabinet d’avocats Ogilvy Renault (aujourd’hui Norton Rose) et comme avocat en 1965. Il y a pratiqué le droit jusqu’à sa retraite en décembre 2005. Durant sa carrière d’avocat, il a pratiqué principalement en droit immobilier (acquisition, vente et location d’immeubles commerciaux) et en droit des affaires. Il était également reconnu pour sa compétence en droit municipal et notamment dans le domaine des évaluations municipales d’immeubles commerciaux et industriels.

Chez Ogilvy Renault, M. Riendeau Sr a siégé à divers comités y compris le Comité des Avocats dont le rôle était d’analyser la performance des avocats non associés et voir à la fixation de leur salaire à la fin de chaque année ou à leur accession à la société à titre d’associé. Lors de l’adoption du nouveau Code civil en 1994, il a accepté la responsabilité d’organiser des conférences destinées aux avocats du Cabinet ayant comme but de compléter leurs connaissances des nouvelles dispositions contenues dans le nouveau Code civil et de les seconder pour des questions ayant trait à l’interprétation et l’application de ces nouvelles dispositions.

Sur le plan du bénévolat, mentionnons sa participation à titre de président d’une société ayant pour but de venir en aide aux enfants souffrant de problèmes de croissances (la « Société Je Veux Grandir ») ainsi que sa participation à titre d’administrateur de deux sociétés vouées à la protection de l’environnement (« ARLEQ » et « CRPF »). Enfin en 2009, M. Donald Riendeau Sr a accepté la charge de conseiller municipal au sein de la municipalité de Saint-Hyppolite afin d’offrir à la société ses services en raison de ses connaissances dans le domaine juridique ainsi qu’en matière d’urbanisme.

Pourquoi la confiance? Je me suis rendu compte que la confiance était à la base même de notre structure sociale. C’est cet «élément» qui tisse les liens entre les humains dans tous les domaines, qui les réunit et leur permet d’accomplir ce qu’ils ne pourraient réaliser seuls.