ISO 37001 – Un paratonnerre en bois ?

29 août 2017 – Me Riendeau Directeur général et fondateur de l’Institut de la Confiance dans les Organisations

Bravo Jacques Duchesneau et Annie Trudel ! Article intéressant : http://www.journaldemontreal.com/2017/08/29/dechirements-dans-lanticorruption

Félicitations pour votre droiture et être des chevaliers de l’intégrité et de résister au lucre. Dans cette époque de crise de confiance, en partie le résultat de manquements légaux (corruption, collusion, etc.), le réflexe pour plusieurs est de rapidement mettre en place des beaux documents pour bien paraître ou obtenir une autorisation ou courir après l’obtention de sceaux et de reconnaissances.

Il est facile de faire un papier collé d’un code d’éthique (une firme d’avocats en a vendu 400 dans le secteur municipal il y a quelques années !), de préparer un beau cartable ISO, etc. Mais le plus important n’est pas le document mais son implantation effective et la culture en découlant.

Je n’ai rien contre ISO 37001, mais je suis néanmoins inquiet. Merci pour cet article qui va peut-être un peu ralentir les ardeurs des vendeurs de chaussures qui s’improvisent experts en corruption ! Ce ne devraient pas être des firmes de lobbying ou de communications qui vendent cette expertise ! Ne vous méprenez pas, je suis pour ISO 37001 mais il faut faire attention. Je crois que cette norme incitera plusieurs entreprises à mettre en place une démarche anti-corruption (au moyen d’un Système de Management Anti-corruption (SMAC), alors que celles-ci ne l’auraient peut-être pas fait sans cette norme. Cependant, il est dangereux que des consultants et professionnels sans expertise en corruption se lancent dans la danse et vendent du ISO 37001.

Il faut être un expert en corruption pour mettre en place un système anti-corruption ! Vérité de La Palice vous me direz… Il ne suffit pas de suivre quatre ou cinq jours en méthodologie ISO pour le devenir ! J’ai moi-même suivi la formation ISO 37001, j’ai appris sur la méthodologie, mais très peu sur comment prévenir, identifier, gérer ou éradiquer la corruption. Jacques Duchesneau a plus de 40 ans d’expertise en enquête, Annie Trudel plus de vingt ans, j’ai réalisé plus de cinquante audits en gouvernance et conformité. Notre expérience nous a permis de voir des centaines de trucs malhonnêtes des deux côtés (entreprises privées et organismes publics), d’analyser une trentaine de risques de corruption, former les gens, identifier les processus vulnérables (gestion contractuelle, département des finances, etc.), etc. Et vous savez quoi, nous continuons de nous former et d’apprendre. En plus, ISO 37001 couvre seulement la « corruption » et non la « collusion », la « fausse facturation », les manquements à d’autres lois, etc. Si votre entreprise veut vraiment mettre en place les pratiques optimales elle ira plus loin qu’ISO 37001.

C’est pourquoi nous recommandons à toutes les villes, organismes publics, firmes de construction, etc. souhaitant implanter ISO 37001 de s’assurer que ce soit par un expert et que ce soit une véritable démarche. Nous leur recommandons aussi de ne pas se limiter à la corruption mais de couvrir l’ensemble des principaux manquements d’ordre criminel, pénal, civil et déontologique.

Soyons vigilants !

About Donald Riendeau